Basiliques et Catacombes Renaissance de la basilique Projets et résultats

 

 Papes et architectes
Accueil Saint-Pierre
 Révision
De croix grecque à croix latine

A - Donato Bramante (1506) présente un projet avec un plan en croix grecque au pape Jules II. Tous deux décèdent environ un an plus tard et les travaux sont interrompus.

En 1546, le pape Paul III demande un nouveau projet à Michel-Ange. Ce dernier présente un projet du même type que celui de Bramante mais avec quelques variantes.

B - Paul V charge l’architecte Carlo Maderno (1607) d’amplifier la croix grecque des deux projets précédents. Maderno transforme la croix grecque en croix latine et termine les travaux par la construction de la façade en 1614.

C - Alexandre VII (1655) commande à Bernini une place digne de cette basilique ; après onze ans de travaux l’incomparable place sera inaugurée par Urbain VIII en 1667.

Le pape Nicolas V décide de reconstruire l'ancienne basilique, mais il meurt peu après le commencement des travaux. Plus d'un demi-siècle s’écoulera avant que, selon la volonté du pape Jules II, en l'an 1506, soit initiée la construction de la basilique actuelle.

Saint-Pierre au Vatican (actuelle)

Renaissance de la basilique

Les travaux nécessaires à la basilique étaient donc interrompus depuis plus d'un demi-siècle quand, enfin, Jules II reprit l'idée de la reconstruction.

Il chargea l'architecte Donato Bramante du nouveau projet et, le 18 avril de l'an 1506, à la tête de 2000 ouvriers, ce dernier commença activement les travaux de démolition. C’est pour cette raison que le peuple de Rome le surnomma « maestro ruinante » pour la rime avec « Bramante », bien qu’il ait été l'un des pères incontestés de la grande architecture de la Renaissance.

Quelques années plus tard (1513) le pape Jules II décéda et un an après l'architecte Bramante le suivit dans la tombe. Ensuite, pendant trois pontificats successifs, l’intérêt pour la reconstruction de la basilique diminua de nouveau et tout procéda très lentement.

Enfin en 1546, le pape Paul III fit appel à Michel-Ange, qui reprit le projet de Donato Bramante, avec un plan de basilique en forme de croix grecque (les quatre bras de longueur égale).

Michel-Ange, alors âgé de 72 ans, y travailla encore pendant 17 ans, c’est-à-dire jusqu'à sa mort. De nombreuses œuvres du grand maître restèrent inachevées et furent terminées par la « crème » de l'architecture de l'époque : parmi eux Della Porta, Fontana, Ligorio et Vignola.


De la croix grecque à la croix latine

Mais le pape Paul V, qui n'appréciait pas le projet de croix grecque, chargea l’architecte Carlo Maderno de la transformer en croix latine. En 1614, Carlo Maderno termina son projet avec la réalisation de la façade monumentale.

Exactement 1300 ans après la consécration de la basilique d’origine, le pape Urbain VIII consacra la nouvelle -celle que nous connaissons aujourd’hui – le 18 novembre de l’an 1626.

Quarante ans après l’édification de la nouvelle basilique, Gian Lorenzo Bernini réalisa son incomparable Place, rendant ainsi un hommage profond, et solide comme la « pierre », à tous ses collègues qui, pendant 120 ans, avaient contribué à la réalisation de cette œuvre monumentale, unique et splendide.

Les papes qui rendirent possible la construction de la basilique
et leurs principaux architectes

Après plusieurs analyses qui confirmèrent ce qu’Alberti avait signalé, le pape décida de reconstruire la basilique. Il confia l’étude du projet à l'architecte Bernardo Rossellino, qui y consacra quatre années entières. L'architecte présenta ensuite le projet au pape, qui l'accepta et autorisa sa réalisation. Mais il mourut peu de temps après, en 1455. Les six papes qui succédèrent à Nicolas V ne s'occupèrent pas du projet de reconstruction. Calixte III, avocat de renom, ne s’intéressa pas aux problèmes de la Basilique. Pie II, grand humaniste et homme de lettres (le seul pape qui ait écrit une autobiographie), construisit la Galerie des Bénédictions, mais négligea la reconstruction. Paul II, le pape qui « officialisa » le carnaval romain, s’occupa principalement de la construction de l'église Saint-Marc et de l’imposant Palais de Venise qui lui est adjacent. Sixte IV, à l'occasion de l'Année Sainte de 1475, s'efforça d'améliorer les artères conduisant à Rome. Le pape Innocent VIII s’occupa plus des palais du Vatican que de la Basilique. Alexandre VI (pape Borja) s’occupa aussi de l'entretien des routes qui mènent à Rome, mais surtout du commerce des indulgences pour l'Année Sainte 1500.

Carlo Maderno termina la façade en l’an 1614, même si sur la frise
il est écrit 1612, date peut-être prévue initialement.

Pierre est sur la place, avec Paul, pour recevoir tous les pèlerins qui arrivent du monde entier pour vénérer son tombeau.

La façade est couronnée par treize statues de 5,70 mètres de hauteur :
le Christ, le Baptiste et onze apôtres.

Basiliques Majeures

A

B

A

Projets et résultats

Vers le milieu du 15e siècle, l'architecte Leon Battista Alberti remarqua un affaissement prononcé de la nef centrale et informa le pape Nicolas V que la structure architecturale de la basilique millénaire courait un grave danger.

Révision 5

Immédiatement après l’élection d’un souverain pontife, le premier cardinal de l’Ordre des Diacres se présente sur le balcon central et annonce :

Nuntio vobis gaudium magnum ;

habemus papam.
Ensuite le nouveau pape apparaît pour donner sa bénédiction Urbi et Orbi
(à la ville et au monde)
.

Diaporama

Mise à jour : Juin 2019

 Marcelo Yrurtia

Martine Ruais