Questions sur le sujet

Majeures et mineures - 1.7

Aucun symbolisme - 2

Assistance et vénération - 3.4

Jalousie « cardinale » - 4.5

Frères du même père - 6

Mineures grandes historiquement - 8 à 10

Les Sept Eglises

Accueil Sept Eglises
 Au chapitre

Philippe et ses amis

Vous pouvez utiliser cette section de différentes manières, individuellement ou en groupe :

Individuellement : Contrôler vos connaissances et vous préparer à les confronter à celles d'autres personnes.
a - Avant de commencer la lecture du sujet correspondant (Les Sept Eglises) essayez de répondre aux questions formulées dans la colonne gauche.
b - La confirmation (ou la réponse) se trouve dans le texte voilé de la colonne droite.
c - Si, sur les 10 sujets proposés, vous n’avez pas obtenu 5 bonnes réponses, vous pouvez lire avec attention l'article correspondant, grâce au lien situé sous la réponse (voir...).
Vous pourrez ainsi rafraîchir votre mémoire ou bien acquérir de nouvelles connaissances.

Note : Il ne s’agit pas d’un simple quiz : le but du jeu est de répondre de façon raisonnée et réfléchie, en donnant une brève explication du contexte.

En groupe : Comme jeu entre deux personnes ou plus, qui ont lu l'article correspondant. Chaque couple, ou groupe, détermine au préalable les règles du jeu (oral ou écrit) et compte les points jusqu'au bilan final. Vous saurez ainsi qui de vous a le plus de connaissances ou le plus de mémoire, car on peut parfaitement se rappeler certaines données sans en connaître véritablement le contexte.

1 - Paul II (1470) stipule que l'indulgence sera accordée à tous ceux qui visitent les quatre Basiliques Majeures. Qui propose d'ajouter trois basiliques mineures aux traditionnelles Majeures et quand ?

En proclamant le premier Jubilé (1300), Boniface VIII détermine que les pèlerins qui vénèrent les sépulcres des apôtres Pierre et Paul dans leurs basiliques Majeures obtiendront l'indulgence. A partir de la septième Année Jubilaire (1475) s'y ajoutent les deux autres basiliques Majeures : Saint-Jean et Sainte-Marie. Un siècle plus tard, Philippe Néri propose de compléter les visites avec trois basiliques mineures, c'est ainsi qu'apparaît le Pèlerinage aux Sept Eglises.

1 - voir Pèlerinage aux Sept Eglises

2 - Le chiffre Sept est symboliquement important dans diverses cultures. Que veut symboliser Philippe Néri en arrêtant à Sept le nombre d'églises du pèlerinage romain ?

Philippe Néri ajouta trois basiliques mineures aux quatre majeures traditionnelles : deux construites sur les sépulcres de Laurent et Sébastien et la troisième, Sainte-Croix de Jérusalem, la plus riche en reliques parmi les basiliques mineures.
Le chiffre 7 du Pèlerinage romain n'est qu'une coïncidence avec les nombreux symboles culturels concernant ce chiffre.

2 - voir Pourquoi Sept et Aucun symbolisme

3 - Philippe sort tous les jours avec un groupe d’amis pour soigner les malades et visiter les églises. Combien sont-ils au début dans le groupe et combien d’églises visitent-ils par jour ?

Le jeune curé florentin Philippe Néri se retrouve tous les jours avec un groupe d’amis devant une église de Rome, et ils partent ensemble faire leurs visites. C’est un petit groupe de 5 ou 6 jeunes et quelques adultes. Philippe et ses amis ne visitent qu'une seule église par jour ; ils consacrent la majeure partie de leur temps à soigner les malades.

3 - voir Un jeune prêtre florentin

Mai 1559: le cardinal Virgilio Rosario, vicaire de Paul IV, retire à Philippe le droit de confesser et, pour des motifs d’« ordre public », l’oblige à interrompre ses pèlerinages. Philippe obéit sans demander d'explications ; il annonce à ses sympathisants qu’il va continuer ses pèlerinages dans les églises, mais qu’il ne peut plus être accompagné.

4 - Les visites quotidiennes à une seule église se convertissent en petits pèlerinages, mais la popularité de Philippe semble déranger certains prélats. Quelle mesure prend un cardinal pour faire cesser les pèlerinages de Philippe  ?

4 - voir Des clercs envieux

5 - Les amis de Philippe acceptent de mauvaise grâce les conditions du cardinal Rosario ; quelqu'un suggère une alternative pour éviter tout problème. Quelle est-elle ?

Quand Philippe commence son parcours, plusieurs groupes disséminés le suivent à une certaine distance. Ils se réunissent tous en arrivant dans chaque église. Après avoir prié et conversé, Philippe continue son chemin et ses amis recommencent leur petit jeu tactique. De cette façon Philippe et ses amis effectuent leurs pèlerinages sans troubler l'ordre public.

5 - voir Pèlerinage stratégique

6 - Après la mort du cardinal Rosario, Philippe reprend normalement ses pèlerinages. Beaucoup de romains se joignent à ses groupes. Qui sont les participants aux pèlerinages de Philippe ?

Les chroniqueurs présents documentent que Philippe reprend ses pèlerinages avec des groupes de près de mille personnes. Aussi bien des membres des grandes familles de la noblesse romaine, que des humbles artisans et des orphelins y participent au coude à coude. Parmi les amis de Philippe, il y a aussi quatre futurs papes et un grand compositeur ; tous prient et chantent ensemble.

6 - voir Tous avec Philippe

7 - A l'occasion de la 11ème Année Jubilaire, Philippe Néri propose d'amplifier le traditionnel pèlerinage aux Basiliques Majeures : il ajoute les sépulcres de Laurent, de Sébastien, et la basilique des grandes reliques, Sainte-Croix de Jérusalem. En quelle année est officialisé le « Pèlerinage aux Sept Eglises » ?

Le « Pèlerinage aux Sept Eglises » est officialisé pour l'Année Sainte 1575 et réalisé pour la première fois avec un parcours total d'environ 18 km. C'est le Jubilé de la Contre-Réforme. C'est la première fois où est effectué le contrôle des arrivées : 300.000 «touristes étrangers» de pays européens. Philippe Néri meurt à Rome vingt ans plus tard, à 79 ans. Il est canonisé en 1622 en même temps qu'Isidore Laboureur, Ignacio de Loyola, François Xavier et Thérèse d'Avila.

7 - voir La proposition de Philippe

Dans une bibliographie du pape Sylvestre (4e siècle) est cité le plus ancien témoignage d'une église appelée Hierusalem. A l'origine elle fut construite sur un terrain du palais appartenant à Hélène de Constantinople, mère de l'empereur Constantin et reconnue comme sainte par les Eglises catholique, orthodoxe et luthérienne. La sépulture de Sainte Hélène se trouve dans la chapelle souterraine, qui lui est consacrée.

8 - Les dévots et pèlerins intéressés par les reliques trouvent à Sainte-Croix de Jérusalem, les plus significatives : entre autres, des morceaux de la Croix du Christ (la Vraie Croix), l’inscription INRI... Dans la chapelle souterraine se trouve le sépulcre d'une impératrice romaine . Qui est-elle ?

8 - voir Culte de la légende

Il s'agit de Laurent, le seul diacre de l'Histoire de l'Eglise, sur la sépulture duquel une basilique constantinienne est consacrée. En plus de ses responsabilités d'archidiacre dans les services liturgiques, Laurent est chargé de la trésorerie de la communauté. Le gouvernement impérial exige qu'il livre tous les biens, mais naturellement il refuse. Son martyre sur un gril a donné lieu à de nombreuses légendes, mais quoiqu'il en soit il fut assassiné en l'an 258, le 10 août, date à laquelle l'Eglise honore sa mémoire.

9 - Sous le gouvernement de Valérien (253-60) le pape Sixte II est égorgé pendant la messe, ainsi que deux de ses diacres ; deux autres sont tués pendant une autre célébration et quatre jours plus tard l'est aussi l'archidiacre de la communauté. Qui est cet ecclésiastique ?

9 - voir Double basilique pour un diacre

10 - Parmi les prétoriens de la garde impériale (comme dans toutes les légions)  certains n'acceptent pas de sacrifier à la divinité de l'empereur ; ils considèrent cela comme le produit d'une idolâtrie exaltée.  L'un de ces prétoriens est parmi les principaux martyrs de la fin du 3e siècle. De qui s'agit-il ?

Enthousiasmé par sa foi, le prétorien Sébastien visite et assiste en cachette ceux qui sont emprisonnés pour avoir professé le christianisme. Mais un jour son comportement délictuel est découvert. Il est confronté à un dilemme fatal : il doit choisir entre «prétorien romain»  ou «vil chrétien», la deuxième option le conduisant à un martyre certain. Effectivement, l'ex prétorien est transpercé de flèches parce qu'il est chrétien. Ses amis et les membres de la communauté l'ensevelissent dans les terrains des catacombes, où une église est érigée : Saint Sébastien aux Catacombes, qui des siècles plus tard sera l'une parmi les sept préférées de Philippe.

10 - voir Martyre inachevé

Mise à jour : Mars 2019

 Marcelo Yrurtia

Martine Ruais